Microneedling, radiofréquence, ultrason : l’esthétique à la fine pointe de la technologie

Travaillant en informatique à l’Université de Montréal, Francine Racine navigue loin du domaine de l’esthétique. Pourtant, lorsque son esthéticienne lui annonce qu’elle prend sa retraite, l’appel se fait sentir et lui donne envie de réaliser un rêve : plonger à son tour pour devenir esthéticienne. Elle s’inscrit à des cours et un nouveau pan de sa vie s’ouvre. Presque 35 ans plus tard, la voici copropriétaire de la Clinique Illusarium, installée au sein d’EQlib. 

D’esthéticienne à gestionnaire

Dès la fin de ses études, Francine démarre son propre salon. Rapidement, celui-ci fait des petits et l’esthéticienne se retrouve à la tête de cinq succursales. Gérer une entreprise aussi florissante n’est pas de tout repos et bientôt, la gestionnaire sent le besoin de ralentir. « C’est au moment où j’ai décidé de fermer mes portes que j’ai fait la connaissance d’Hélène et Josée, les propriétaires d’EQlib. Elles m’ont contacté pour acheter mon inventaire, et elles m’ont fait une offre que j’ai acceptée. Nos compétences étant complémentaires, j’ai commencé à travailler avec elles. »

Quelques années plus tard, elle renoue avec l’entrepreneuriat et s’associe à Annie Francescutti, sa meilleure amie, pour démarrer la Clinique Illusarium. « Ça fait plus de 20 ans qu’on se connaît toutes les deux. J’avais engagé Annie dans un de mes salons à sa sortie de l’école. Elle est restée cinq ans, après quoi on est toujours demeurées en contact. Les meilleurs moments de ma carrière, ce sont les moments où on a travaillé ensemble, et c’est encore comme ça aujourd’hui. On s’est trouvées en tant qu’équipe professionnelle et amies. C’est une grande chance. »

Cellulite, perte de gras, fermeté de la peau : radiofréquence et ultrason à la rescousse

En s’associant, les deux esthéticiennes se procurent d’abord un appareil de radiofréquence et d’ultrason. Leurs soins se concentrent sur le traitement de la cellulite ainsi que la fermeté du visage et du corps. Il y a deux ans, elles se procurent un appareil qui brûle le gras, le VANQUISH ME. « On a également investi récemment dans un appareil qui concasse les cellules de gras qui ne veulent pas éclater. » L’évolution de la technologie n’a pas de limites, et Francine a bien l’intention de mettre celle-ci au service de ses clientes. 

 « Illusarium, ça veut dire “qui ne peut se mentir à soi-même.” Ce qui nous distingue, c’est la vérité du diagnostic que l’on donne à nos clientes au moment de la consultation.

« Je suis une personne claire, de confiance et intègre. Je suis réputée pour mon franc-parler, et je donne toujours l’heure juste. Mes clientes, je les connais, je connais leur histoire. Mon approche est personnalisée. »

Même après avoir arrêté pendant quatre ans, j’ai presque retrouvé toutes mes clientes. Mon mari appelle ça mon fan-club ! » Ses clientes, elle les apprécie et les respecte. La relation qu’elles développent lui importe plus que tout. « Notre métier est de toucher à la peau des gens, d’avoir un contact étroit avec eux. Si on n’a pas un bon contact humain avec la personne que l’on traite, ça n’a pas de sens. C’est ce qui fait la force de notre équipe: la relation personnelle que l’on développe avec le client. »

En affaires, l’union fait la force!

Pour la femme d’affaires, quels sont les avantages pour son entreprise d’évoluer au sein d’EQlib ? « On a une forte relation de confiance et un bel échange professionnel. On dit parfois que nos clientes, on les a en garde partagée ! Comme nos compétences et nos équipements se complètent, on se les réfère entre nous pour qu’elles aient tout ce dont elles ont besoin sous un même toit. »

« Par exemple, je peux faire un traitement de radiofréquence sur un genou d’une cliente, et Hélène va tout de suite après effectuer un traitement de microneedling. Le fait qu’on s’occupe d’elle de A à Z permet de fidéliser la clientèle. » 

S’unir permet également d’aller plus loin dans une démarche où l’investissement semble sans limites. « Elles ont besoin de nous et nous avons besoin d’elles. Les technologies coûtent très cher et vont très vite. On ne peut pas se positionner de façon rentable si on est seule. L’échange que nous avons permet d’accéder à plus d’équipements et un plus large bassin de clients. Et comme on travaille en étroite collaboration, on est comme un petit village, une petite famille. »

Le duo formé de Francine et Annie évolue également tout naturellement. « On a confiance l’une envers l’autre. On respecte nos points forts, nos points faibles et on s’équilibre. On apprend l’une de l’autre aussi. Si quelque chose se produit, on en parle et il n’y a jamais de rancune. C’est mon amie et ma collègue de travail. Ma partner de rêve! »

 

Shares
Share This